Centrafrique – Blog : le drame artistique

0 / 22581

Pier-magale

X

Aline M’Pangba-Yamara (Gwennmusic) – Il est bien loin le temps où la musique centrafricaine faisait le buzz sur le continent, avec des groupes mythiques comme Centrafrican Jazz. On écoutait à l’époque ce groupe à Kinshasa, à Brazzaville, à Libreville, et partout sur le continent. La musique centrafricaine faisait référence, et ses groupes se produisaient partout.. Aujourd’hui, Centrafrican jazz, n’est plus que l’ombre de lui-même, et ne survit douloureusement que comme orchestre de vieux à Bangui, et qui ne fait que rejouer ses vieux succès, devant un public disparate, et surtout, pas devant une jeunesse sans culture, ignorant tout de la gloire passée de ce groupe mythique, 40 ans en arrière. Tant de regrets encore à réécouter cet immense succès que fut “Wali ti mbi Télé” ci dessous.

X

X

X

Mais le drame est plus large. L’infortune musicale centrafricaine, outre l’incapacité de la nouvelle génération à être au niveau des glorieux anciens, c’est de subir de plein front la guerre civile qui ravage le pays depuis près de 3 ans. Le peu qui parvient à passer, ce sont des fesses déhanchées, rappelant douloureusement les images de ces “nègres” qui faisaient la joie de colons racistes, se confortant dans leur fixité culturelle en se réjouissant de ces sauvages à moitié nus, incapables de n’être autre chose que des zazous déjantés, dansant autour du pot.

X

Si les congolais voisins du RDC se plaignent de la nullité actuelle de la musique de leur pays, en comparaison avec la période faste et créative des Zaïko Langa Langa et autres Lipua Lipua, que dire alors de la scène musicale centrafricaine ? Pour un connaisseur centrafricain à Paris :

X

“Nos artistes dès qu’ils le peuvent viennent à Paris. Tiens, regarde, Muziki un temps se nommait MUZIKI DE PARIS. Nos pépites ne sont pas au pays, elles sont ailleurs. Et au pays, les orchestres ne sont plus que des orchestres de bal, sans imagination. Bon cela dit, en RDC Koffi Olomide est l’escroquerie du siècle quoi !”

X

X

UNE DESCENTE SANS FOND

X

jimmy_banguissoisIl n’y a jamais eu de politique artistique en Centrafrique. Autant se le dire d’entrée. De la soit disant période de gloire, c’était Bokassa qui selon ses caprices distillait ses faveurs et défaveurs et mannes financières, à tel ou tel groupe. Le légendaire Prosper Mayélé de Centrafrican Jazz en subissait les foudres à de multiples reprises, quand Tropical fiesta griotisait en cirant le tapis rouge de Bokassa au palais de la Renaissance lors des soirées fastes du dictateur. Admettons aussi qu’en face, ce n’était pas mieux. Mobutu finançait les Franco et Rochereau (Tabu ley) et se méfiait des orchestres toniques des jeunes comme Stukas, Lipua Lipua, Zaïko et autres qui poussaient dans “Kin la belle” comme des champignons.

X

Même en Centrafrique, la culture populaire, par ignorance s’est dépossédée elle-même du “soukouss“, la croyant congolaise alors qu’elle est bien centrafricaine, au même titre que les ivoiriens se pensant inventeurs du “Coupé décalé“, alors que le phénomène a démarré à Brazzaville. Le soukouss est centrafricain, initié par le fabuleux guitariste Jimmy Zacharie. Qui en RCA s’en souvient ? Les congolais ont popularisé le soukouss centrafricain, au point de se l’approprier.

X

Les riffs de guitare, sanctifiés par Zaïko Langa Langa, qui caractérisent tant le Soukouss, ont pourtant été inventés pas le centrafricain Jimmy Zacharie, dit “Jimmy banguissois” ou “Jimmy à la guitare hawaïenne”, quand il était le mentor de Nicolas Kasanda dit « Dr Nico ».

X

Et pourtant….Si on singe les congolais à Bangui, la RCA pourtant est très créative musicalement dans le style RAP, à tel point qu’elle faisait encore référence sur le continent il y a peu. Mais sans soutien, ce ne fut qu’un feu de paille.

X


Centrafrique Musique Vivick Matoua Feat DJ… par Lansoy1

X

Mais par manque de moyens, les productions centrafricaines actuelles sont médiocres. LE BOOM musical continental n’est pas passé en RCA. Les pros actuellement ils faut les trouver au Cameroun, au Nigeria, et surtout au Kenya, tellement prolifique en matière de créativité dans tous les styles.

X

Le centre géographique du continent est en RCA, pays carrefour de toutes les cultures et de brassage. Ce que ce pays fut avant le terrible drame qu’il vit actuellement.

X

En sport on dit qu’un grand champion ne meurt jamais, alors croisons les doigts croisons les doigts pour le retour de ce géant musical pris dans les filets d’une agonie annoncée. Car la qualité n’est pas pêrdue, même s’il faille actuellement la trouver chez les artistes nationaux expatriés comme Pier Pili Magalé, Laetitia Zonzambé, ou Ydille Mamba.

X


NZARA : Princess Léoni Kangala & Pili-pili… par PILIPILIMAGALE

X

X

X

© Novembre 2015 GWENNMUSIC

X

 

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *